Chronique des années 50

La guerre est terminée depuis 5 ans, mais les stigmates
de l'Occupation sont encore visibles (blockhaus, obus d'artillerie
le long des plages, mines anti-personnel enfouies sous les dunes,
 villas désertées par leurs propriétaires ou saccagées par des hôtes
peu scrupuleux etc..)

il est grand temps de faire la fête,
de perdre au casino,
de danser dans les boîtes à la mode.
Il est grand temps d'être heureux et Arcachon s'y prête.

Les illustrations de cette page  sont extraites
d'un vieux magazine et sont de piètre qualité.



100 ans Arcachon

Si les festivités des 150 ans d'Arcachon en 2007 (voir dossier en page d'accueil)
sont encore bien présentes dans les mémoires, il n'en est pas de même
pour les 100 ans en 1957.

En 1957, à l'occasion des fêtes célébrant les 100 ans d'Arcachon, les parqueuses
défilent.
En arrière-plan ceux qui l'ont connu identifieront le cinéma-théâtre
du Casino de la Plage,
détruit dans les années 70.


Arcachon a 100 ans

Sous le passage Thiers, uen course de trottinettes.
L'esprit de compétition régnait déjà.

Louveteaux

1958 : place des Palmiers, une réunion de louveteaux et jeannettes avait été
organisée. En arrière-plan, on aperçoit les familles aglutinées
à l'intérieur du kiosque à musique.

Fêtes de la Mer

Chaque 15 août, c'était un temps fort pour les pêcheurs, l'évêque de Bordeaux
bénissait les pinasses au bout de la jetée Thiers.
La tradition perdure à ce jour.

Fêtes des parqueuses et bergers

En 1956, lors d'une fête, les parqueuses et les bergers juchés sur leurs échasses
ont revêtu leurs tenues de travail traditionnelles.

Plage centrale vers 1950
Vers 1950 : photo prise de la jetée Thiers.

La plage centrale est recouverte de tentes. On reconnaît le "Grand Hôtel de France",
 la "clinique du Docteur Lalesque" et à l'arrière-plan gauche le "Château Deganne.

Place Thiers vers 1950
Vers 1950 : la Place Thiers, un lieu de flânerie et de festivités.


RETOUR