Arcachon
Abatilles Pereire
Plage Pereire
Années 50-70

Péreire années 50
Vers 1950
De gauche à droite :  "Beau-Rivage", "Flamberge",
le chalet "Les Pins", "Pernette" et "Hyowawa"

Pereire 2011
2011 : de la plage Pereire (source photo Jean-Paul P.)
"Hyowawa" transformé en résidence "Aquitania" (N°75 du boulevard à droite,
bloc blanc), "Pernette" (N°73 du boulevard, bloc rouge).

Vue Ciel Pereire
Années 50
Cette vue nous laisse apercevoir le Chalet Pereire et son magnifique parc avant
la création
des lotissements et la démolition de cette villa remarquable, empreinte
du passé.

Péreire vue du Ciel
Années 60
La plage Pereire a bien changé. Beaucoup de belles villas ont été rasées et
remplacées par des blocs de béton-verre très peu esthétiques. D'aucuns se
souviennent peut-être de la villa au belvédère située en bas à droite :
c'était la villa Hyowava, située au N°75 du boulevard de l'Océan. Elle a
appartenu à la comtesse de Sainte-Aldegonde (Belgique)
et à la famille Poniatowski. Sa voisine de gauche cachée derrière le
bouquet d'arbres était la villa Pernette, au N°73, appartenant à la famille
Schyler
. Au delà de la résidence moderne existe toujours la villa
Flamberge,
de style néo-classique. En arrière-plan gauche,
on aperçoit la jetée de La Chapelle.


------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Source : Arcachon et ses environs pendant la guerre, André Rebsomen, 1924, page 83.

Grâce à la générosité très large de Madame La Comtesse de Sainte-Aldegonde, la villa Hyowawa,
63 boulevard
de l'Océan, devint un dépôt de soldats convalescents venant de l'Hôpital
temporaire 29 (Asile Hospitalier de
Saint-Dominique) sous la direction active et éclairée de
M. Le Docteur Festal aidé dans sa tâche par un
interne polonais M. Paradiestal.
Dans cette belle demeure, vingt lits étaient consacrés à nos militaires qui y
trouvaient
le réconfort et l'air du bassin, excellents stimulants pour restaurer leurs forces.

Madame La Comtesse de Sainte-Aldegonde fit encore davantage. Elle créa dans la villa Lucie
située dans le voisinage, avenue Saint-Arnaud, une oeuvre spéciale réservée aux soldats mutilés
des régions envahies. C'était un atelier de fabrication de jouets, qui permit aux convalescents de
cette catégorie déshéritée de gagner quelque salaire, tout en continuant à réparer leur santé ébranlée.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------.
Pereire 2011
2011 : De la plage Pereire, voici ce qu'on voit (source photo Jean-Paul P.)
A droite, "Hyowawa" (résidence "Aquitania"), au centre "Pernette"
(résidence "Marine")

Pereire 2011
2011 : A partir d'un bateau, voici ce qu'on voit (source photo Jean-Paul P.)
Il y a de quoi se perdre pour identifier les résidences.

En s'éloignant plus à l'Ouest on rejoint le restaurant "La Réserve du Parc"
qui s'est appelé ensuite "Parc Pereire", a été laissé à l'abandon pendant 3 ans,
avant d'être repris enfin en 2021 sous le nom de "Petit Pereire"
mais qui est déjà fermé définitivement. De la terrasse, on peut
y admirer le plus beau coucher de soleil du Bassin.

Plage Péreire
Années 60
La route longe la côte, le restaurant "La Réserve du Parc" semble très récent. On
reconnaît au centre l'avenue du Parc Pereire et plus à gauche l'allée des Floralies.
C'est à peu près à ce niveau que se trouvait le "Chalet Pereire" rasé dans
les années 60. A droite, les voitures stationnent allée des Goélands,
où aucune construction n'existe encore.

Pereire 2011
2011 : la plage Pereire
(Source photo Jean-Paul P.)
Ce n'est pas la plage Pereire vue du ciel, mais c'est encore plus beau.

Pereire marée haute
2011 : la plage Pereire (Source photo Jean-Paul P.)
Et là à marée haute, c'est idyllique.

RETOUR