Arcachon
Le Moulleau

Rue Notre-Dame des Passes

Cette voie fut abandonnée à la commune d'Arcachon par
Monsieur Grangeneuve et Monsieur William Papin en 1887.
Classée chemin vicinal 34 par arrêté préfectoral du 31 août 1901

(Source Michel Boyé : "Arcachon raconté par ses rues et ses lieux-dits")

Rue Notre-Dame Des Passes

Du parvis de l'Église, on avait une vue plongeante sur le Bassin.
La jetée du Moulleau n'était pas encore dans l'alignement de la rue.
En arrière-plan à gauche, c'est le Grand-Hôtel du Moulleau.

Rue NDP Le Moulleau
 
2011 : rue Notre-Dame des Passes (source Jean-Paul P.)
Même vue plongeante, rue piétonne et jetée dans l'alignement.
Les bancs rouges ont créé une atmosphère de vacances.

Notre-Dame Des Passes
Vers 1925
Cette perspective de Notre-Dame des Passes est très peu courante. La colline
n'était pas encore aménagée.
Cette vue est prise à partir de l'avenue Louis Garros.

Rue NDP Le Moulleau
2011 : De la rue Louis Garros (source photo Jean-Paul P.)


Rue Notre-Dame Des Passes

Le terminus du Tramway. Notre-Dame des Passes dans sa version première veille
sur la route du haut de son promontoire.
Si cette photo vous intéresse vous pouvez vous la procurer auprès de la photothèque Les Enfants Terribles

Rue Notre-Dame des Passes Le Moulleau
2011 : rue Notre-Dame des Passes (source photo Jean-Paul P.)
Une rue piétonne, des chamaerops en pots, cela n'évoque guère un terminus
de tramway. Et pourtant...

Rue Notre-Dame Des Passes
Vers 1930
Le salon de thé le plus à la mode était le Five o'Clock tea.

Rue Notre-Dame Des Passes
Vers 1925
En 2010, la pâtisserie à droite, c'est Guignard, dont la tarte
au mètre "fraise des bois/framboises" est un régal.

Rue NDP Le Moulleau

2011 : une rue piétonne réaménagée (source photo Jean-Paul P.)
Guignard à droite.

Rue Notre-Dame Des Passes
Vers 1900
Un éditeur quasi-inconnu M. Boirié nous offre ce superbe cliché.
Five o'Clock existe déjà, mais la parfumerie Odon pas encore. Le
Grand-Hôtel du Moulleau est visible derrière le bouquet d'arbres à gauche.

Avenue Notre-dame des Passes
Vers 1920 : avenue Notre-Dame-Des-Passes (éditeur Marcel Delboy)
De gauche à droite, la sempiternelle pâtisserie, la parfumerie Odon et
en arrière-planle Grand-Hôtel. On croise le boulevard de la Côte d'Argent.
Les rails du tramway qui a ici son terminus sont bien visibles.

Rue Notre-Dame des Passes
Vers 1935
La toujours existante pâtisserie est adossée à ce qui sera après la parfumerie
Odon, le bar de l'Oubli. Au fond à gauche, apparaît le Grand-Hôtel du Moulleau.

Rue NDP Moulleau
2011 :
des décennies plus tard (source photo Jean-Paul P.)

Five O'clock tea
Vers 1930 : rue Notre-Dame des Passes

Sous un autre angle, la pâtisserie Good-Luck et à côté ce qui est devenu
le "Bar de l'Oubli" après avoir été Odon à l'angle du boulevard de l'Océan.

Rue Notre-dame-Des-Passes
Vers 1970 : rue Notre-Dame-Des-Passes
Les voitures garées en épi, pas de rue piétonne, c'était une autre époque.
A gauche, on remarque le glacier Peyri et une librairie où on peut également
faire développer ses photos.

Rue NDP le Moulleau
2011 : rue Notre-Dame des Passes 
(source photo Jean-Paul P.)
Un immeuble moderne a surgi boulevard de la Côte d'Argent derrière la pâtisserie.

Good Luck
Vers 1930 : Five O'Clock Tea (éditeur Marcel Delboy)
Il y avait un grand jardin jouxtant la pâtisserie Good-Luck.
C'était le rendez-vous des gourmands.

Rue Notre-Dame des Passes
Vers 1930 : avenue Notre-Dame des Passes (édition M.D.)
A l'angle du boulevard de la Côte d'Argent et de l'avenue Notre-Dame des Passes,
on remarque l'agence immobilière Pelousco. Cette activité avait déjà le vent en
poupe.

Rue Notre-Dame Des Passes
Vers 1930 : avenue Notre-Dame des Passes
"A La Galette Bretonne" en lieu et place du "Sorbet d'Amour".

Rue Notre-Dame des Passes
Vers 1950 : rue  Notre-Dame-Des-Passes (éditeur Elcé)
 Le "Cornet d'Amour" s'est substitué 
"A La Galette Bretonne".
Vers 2000, "Le Cornet d'Amour" prendra l'appellation de "Sorbet d'Amour".

ND Des Passes Le Moulleau
2011 : voie piétonne vers la jetée du Moulleau (source photo Jean-Paul P.)
Tout a changé, un immeuble moderne a été construit en lieu et place de
la crêperie d'antan. Les étages de la résidence masquent en partie
le Grand-Hôtel.
RETOUR